Affichage des articles dont le libellé est coupdecoeur. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est coupdecoeur. Afficher tous les articles

vendredi 22 mars 2019

Manga - Jagaaan de Muneyuki Kaneshiro et Kensuke Nishida


Résumé :
Shintarô Jagasaki est un jeune flic de quartier qui jour après jour se fait humilier par de jeunes voyous et par ses collègues du commissariat. Son avenir semble tout tracé : fonder une famille avec sa copine et poursuivre sa vie insignifiante... Mais cette perspective lui donne la nausée et derrière son sourire de façade, se cachent de violentes pulsions meurtrières. Un jour, lors d'une mission de routine, il tombe face à face avec un mutant chaotique et ravageur ! C'est alors que la main droite de Shintarô se métamorphose... Face à la destruction et au désespoir, un héros au côté sombre vient de naître !

Aloha les bookworms ! 

Et oui encore un manga :) ! Mais j'adore ça je pense d'ailleurs en présenter assez souvent parce que j'en lis pas mal ces derniers temps ^^. En tout cas, ça tombe bien parce que les éditions Kazé ont eu l’extrême gentillesse de m'envoyer Jagaaan de Muneyuki Kaneshiro et Kensuke Nishida que j'avais très très envie de découvrir ! Je les remercie infiniment . J'ai adoré ce tome 1 ! J'ai beaucoup rigolé, c'est tellement absurde et barré haha. Un vrai coup de cœur et j'ai vraiment hâte d'avoir la suite ! 

/!\ Bon je le dis tout de suite, il n'est pas à mettre entre toutes les mains. En plus de scènes très violentes et gores, il y a aussi quelques scènes de sexe /!\

Le résumé m'a beaucoup intrigué et la couverture aussi je dois dire avec ses belles couleurs. Je n'étais pas trop fan des dessins mais au fil de ma lecture je me suis habituée au style graphique du mangaka. Il faut dire que les visages des personnages sont assez spéciaux. Leurs expressions faciales expriment de très fortes émotions comme l'horreur ou l'euphorie mais de façon démesurée, ça peut faire peur haha. Mais il faut dire que ça va bien avec l'histoire ça renforce le côté sombre et barré.

On va retrouver notre personnage principal, Jagasaki Shintarô, dans la petite ville de Buppa. C'est un agent de police dont la vie est banale à souhait. Les habitués du quartier se moquent de lui et personne ne le respecte mais lui, et bien il se soumet et garde un sourire de façade en permanence. Il a une petite amie mais même avec elle sa vie reste routinière et la passion ne l'habite plus. Elle aimerait lui présenter ses parents, se marier avec lui et avoir des enfants mais Shin comme à son habitude continue de sourire bêtement et ne fait rien, il subit totalement sa vie. Il n'a qu'un seul rêve, sortir son arme de service et tirer sur tous les gens qui se paient sa tête et qui rendent sa vie minable. Mais bon, il ne le fait jamais, ça reste un fantasme et il continue de vivre ainsi.

Un jour, une chose très bizarre va arriver, une pluie de crapaud va s'abattre sur la ville. Lors d'une intervention dans le métro avec un collègue, Shin va assister à un phénomène encore plus étrange que les crapauds. Un homme très en colère va se transformer en monstre avec une langue tranchante qui va massacrer tous les passagers. Shin va enfin dégainer son arme mais la langue du monstre va lui trancher les doigts au moment où il allait appuyer sur la détente. Shin se voit mourir mais à ce moment ses doigts tranchés se rassemblent en une sorte de canon avec lequel il arrive à tuer le monstre.
Choqué mais en vie, Jagasaki remarque qu'une petite chouette avec un casque d'aviateur l'observe. Elle fouille le corps du monstre, en sort un crapaud et... le MANGE ! Elle explique ensuite à Shin que ces crapauds prennent le contrôle de l'esprit des humains en entrant dans leur corps, les transforment en monstre. Elle s'appelle Doku, ensemble, ils vont devoir faire équipe pour se débarrasser de tous les "xénopathes fous" ou "crapadingues", comme il aime les appeler.

Alors ? Ce résumé ne vous donne pas envie ?! Moi je suis complétement fan !
Je n'ai pas été déçue par ce premier tome. Shin, qui aux premiers abords est totalement banal, se révèle être un héros assez flippant et vraiment pas net. Il cache ses vraies pensées, sourit sans cesse pour cacher le fait qu'il déteste sa vie, c'est hyper malsain ! Sa transformation va le bouleverser et il va enfin pouvoir changer les choses dans sa vie... de façon très radicale ! 

La violence arrive d'un coup et on reste assez choqué, c'est très très gore ! Mais là où le manga pourrait juste rester sombre et dark il est en fait très drôle et c'est absurde ! Complétement absurde ! La façon dont le héros sourit tout le temps et accepte la situation, les dialogues, les transformations, la violence et même la chouette, Doku, qui est toute mignonne mais qui mange des crapauds et se moquent de Shin... Il y a un réel décalage et c'est ça qui est génial : ). Les crapadingues qui prennent possession des esprits humains, stimulent leurs désirs cachés, les rendant complètement fous, de vrais détraqués qui se mettent à tuer à tour de bras dans la plus absurde des façons ! (oui je dis beaucoup de fois "absurde" mais c'est vrai c'est absurde et puis j'aime ce mot xD).

Ce manga est complètement fou ! La violence exacerbée est contrebalancée par l'absurdité de l'histoire et des situations. Mais ce n'est pas juste un manga violent et gore gratuitement, dans le fond il dénonce les dérives d'une société contaminée par l'hypocrisie. Les gens ont des plans de vie tout tracés et la plupart vivent dans la routine. On ne connait pas les pensées sombres des gens mais s'ils les exprimaient ce serait très vite l'anarchie ! Et c'est justement ça qu'on retrouve dans Jagaaan, la véritable nature des gens sort au grand jour et le chaos s'empare de la ville ! 


Un très bon seinen, complétement fou avec un humour déjanté, de la violence et du gore, une série qui s'annonce totalement loufoque et absurde ! Un coup de cœur inattendu.



dimanche 24 février 2019

Le garçon et la ville qui ne souriait plus de David Bry



Résumé 
Romain fuit chaque nuit sa demeure bourgeoise et confortable, pour rejoindre la Cour des Miracles où vivent les anormaux – fous, difformes, obèses, et autres parias parqués là par les Lois de l’Église. Le soir de ses quinze ans, il découvre qu’un terrible complot vise les habitants de la Cour.Des coupe-gorges de Mouffetard aux ruines de Notre-Dame, il devra compter sur son ami Ambroise, sur Joséphine, Lion et Akou, pour lever le voile sur la conjuration et échapper aux terribles Lames Noires, à la solde de l’archevêque de Paris.
Dans un monde assombri par la peur et l’intolérance, le salut peut-il venir de quelques adolescents en quête d’amour et de liberté ?

Aloha les lecteurs ! 

Avant de commencer à parler de ce livre, je tiens à remercier les éditions Lynks pour m'avoir permis de découvrir ce roman en me l'envoyant dans un magnifique colis.
Je peux déjà vous dire de foncer acheter ce livre si vous ne l'avez pas ou de vous jeter dessus si vous l'avez dans votre bibliothèque parce que c'est un coup de cœur !   

Le Garçon et la Ville qui ne souriait plus de David Bry est un roman qui m'a passionné ! On se retrouve dans un Paris uchronique, réinventé, au XIXe siècle où l'on va suivre une aventure aussi étonnante et merveilleuse que dramatique et révoltante. Les Lois de la Norme régissent la société et classent les habitants de Paris en deux catégories : les Normaux et les Anormaux. Les Anormaux sont toutes les personnes qui sont jugées différentes : obèses, défigurés, mal-formés, d'orientations sexuelles et religieuses différentes... Peu importe si c'est de naissance ou qu'il vous soit arrivé un accident, vous serez jugé comme Anormal et mis à l'écart de la société, de l'autre côté de la Seine, sur l'île qu'on appelle La Cour des Miracles (j'aime beaucoup ce nom, je le trouve très beau et poétique ). 
Notre personnage principal n'est pas considéré comme Anormal et vit donc de l'autre côté du fleuve dans une famille bourgeoise et très fortunée. Romain vient d'avoir 15 ans et il ne se sent vraiment pas à sa place dans cette famille et cette société fortement divisée. Toutes les nuits, il s'échappe de chez  lui pour partir à la Cour des Miracles, observer les Anormaux qui le fascinent. Parce que Romain à un secret, un secret qu'il ne peut révéler par peur d'être jugé ou pire, d'être exclu. 

Il va se passer beaucoup de chose dans ce roman et je n'ai pas eu le temps de m'ennuyer ! Je me suis beaucoup attaché au personnage de Romain, c'est un garçon dévoué, gentil et courageux qui n'hésite pas à se battre pour ce qui est juste et pour les gens qu'il aime. On aimerait que les autres personnages de sa famille et de son entourage soit comme lui, tolérant et ouvert d'esprit, il ne juge pas les gens par leur physique et se fiche de leur origine sociale. La seule personne avec qui il se sent bien c'est Ambroise, son meilleur ami. Avec lui, il peut être lui même, il le comprend et ensemble ils aiment sortir en douce et partir à l'aventure. C'est un personnage que j'ai beaucoup aimé aussi, loyal et déterminé, il va aider Romain du mieux qu'il le peut et l'accepte comme il est, peu importe son secret. 
Du côté des Anormaux, on retrouve Lion et Akou, deux personnages haut en couleur, très différents de Romain et Ambroise, qui ont un parlé très atypique, celui de La Cour des Miracles. Il y a un lexique à la fin pour mieux comprendre ce langage mais j'avoue qu'à part quelques mots, c'est compréhensible et il n'y a pas besoin de retourner le livre pour comprendre les conversations. Au début, c'était un peu bizarre, mais on s'y habitue et j'ai trouvé que ce langage apportait une originalité au roman sans en faire trop.

J'ai d'ailleurs beaucoup apprécié la plume de l'auteur que j'ai trouvé très juste et naturelle. Il y a de la poésie dans son texte sans trop de fioriture. Ce qu'il nous dit est tantôt très beau et tantôt très dur. Il nous parle de la différence avec simplicité et de façon saisissante. Les valeurs que le livre met en avant sont fondamentales et très importantes : avoir le droit d'être soi-même et s'assumer tel que l'on est, refuser de se conformer aux règles quand elles sont injustes, se battre pour sa liberté et défendre ce en quoi on croit... Beaucoup d'injustices sont dénoncés et même si c'est de la fiction, les messages que véhiculent ce livre peuvent être transposés dans notre réalité. On souffre des même problème face à la différence. Les personnes que l'on considère comme différentes ne sont pas mises sur une île comme dans le livre mais sont tout de même marginalisées et exclues. 
Les romans comme celui ci sont importants et peut être qu'ils peuvent aider certaines personnes à ouvrir les yeux sur notre monde. 

Pour revenir à l'histoire, il n'y a pas d'endroit sur pour notre personnage principal, même chez lui, dans sa chambre, il n'est pas tranquille, jamais libre. Mais, on se rend compte que le seul endroit où il y a un semblant d'espoir, de vie et de liberté c'est à La Cour des Miracles. L'entraide et la notion de famille est bien plus présente que dans les beaux quartiers bourgeois qui sont à l'image de ceux qui y habitent : froids, sales et obscurs. Même si la vie des Anormaux est particulièrement difficile : ils meurent de faim, vivent dans des taudis, ils ont été exclus de la société et parfois même par leur propre famille, on préfère se retrouver de ce côté du fleuve. Ils ont une chose que Romain n'a pas : la liberté. 

Le Garçon et la Ville qui ne souriait plus est une petite pépite, un roman que j'ai pris grand plaisir à découvrir ! Le rythme est entrainant, je n'avais plus envie de reposer le livre, j'avais tellement envie de le finir et à la fois je ne voulais pas quitter les personnages. Les péripéties s'enchainent très vite mais petit à petit, au fil de l'action, on découvre de plus en plus de chose sur ce Paris fascinant et c'est vraiment très bien raconté par l'auteur. 

J'ai également adoré le fait qu'à chaque début de chapitre on ait un extrait de texte faisant partie de la diégèse. Par exemple, un texte de loi, une lettre d'un personnage à un autre, une chanson populaire... grâce à ça on découvrait des secrets et on s’empreignait davantage de l'univers. 
Quant à l'objet livre, il est magnifique ! La couverture est superbe ! Entre l'illustration, les arabesques, la police... ❤ ! A l'intérieur aussi on retrouve quelques illustrations, notamment à chaque fin de chapitre où on va retrouver un élément important du chapitre qu'on vient de lire. J'ai trouvé ça très judicieux ! 

Je ne sais pas s'il y aura une suite à ce roman mais je ne le pense pas. La fin se suffit à elle même et de plus, dans le colis que j'ai reçu il y avait un petit extrait en bonus qui se déroule 15 ans plus tard après le roman. C'est vraiment hyper chouette et très bien pensé, j'espère pouvoir trouver les autres extraits afin d'avoir des nouvelles d'un peu tous les personnages : ). Celui que j'ai lu m'a mit du baume au cœur et m'a beaucoup touché. 


Un Paris au XIXe siècle original mais pas si merveilleux, un garçon courageux et prêt à se battre pour ses convictions, une aventure palpitante, des amis sur qui compter, une romance en arrière plan touchante et très bien dosée, une plume captivante et poétique. 
Embarquez vite pour la ville qui ne souriait plus : ) !

jeudi 21 février 2019

Cinéma - Dragons 3 : Le monde caché - Dreamworks



Synopsis
Harold est maintenant le chef de Berk au côté d’Astrid et de Krokmou qui est devenu l'alpha des dragons. Ils réalisent enfin leurs rêves de vivre en paix entre vikings et dragons. Mais lorsque l’apparition soudaine d’une Furie Éclair coïncide avec la plus grande menace que le village n’ait jamais connue, Harold et Krokmou sont forcés de quitter leur village pour un voyage dans un monde caché dont ils n’auraient jamais soupçonnés l’existence. Alors que leurs véritables destins se révèlent, dragons et vikings vont se battre ensemble jusqu’au bout du monde pour protéger tout ce qu’ils chérissent. 

Aloha tout le monde ! 

La semaine dernière je suis allée voir Dragons 3, le dernier volet de cette super saga, avec mon copain. Je suis super emballée par ce troisième opus et en même terriblement triste et déprimée que ce soit terminé... La fin m'a fait pleuré.... mais bon c'est une fin très bien faite, très juste et j'ai adoré ce film !

Le film n'est pas parfait, il a plusieurs défauts. Le monde caché est magnifique ! Vraiment sublime et je regrette de ne pas avoir vu le film en Imax pour voir la beauté de ce décor. Mais je trouve qu'il n'est pas vraiment exploité. On en parle beaucoup, on le voit très peu et c'est dommage. Les animateurs ont fait un magnifique travail dessus pourquoi ne pas l'avoir mis plus en avant ? 
Le rythme du film reste assez inégal et le scénario a ses failles.
Le méchant, Grimmel, n'est pas assez développé, il est là comme un prétexte et n'a pas de réel profondeur. La bataille finale est assez précipité et certains passages passent trop vite à mon goût. Mais bon, ça n'en reste pas moins un bon film et une très bonne conclusion à la saga Dragons même s'il se repose un peu sur ses lauriers et sur le succès des deux films précédents. 



Krokmou est égal à lui même. Honnêtement, même si le film ne montrait que lui pendant 2h en train de faire n'importe quoi j'irai le voir parce que Krokmou.... c'est Krokmou quoi ! Je l'aime d'amour ce dragon, je crois que tout le monde aimerait en avoir un comme lui .
Et sa copine la Furie Éclair est magnifique ! Quel beauté dans les textures, la couleur de ses écailles ! Mais je trouve qu'il lui manque un petit quelque chose pour en faire un personnage aussi attachant que Krokmou (en même temps aussi attachant que lui c'est impossible ). C'est son caractère qui veut ça mais c'est dommage qu'elle "reste à distance".
Les séquences sans dialogue entre Krokmou et sa copine sont juste sublimes, très drôles et poétiques, j'ai pris beaucoup de plaisir à les voir tous les deux : ). 

J'ai adoré les scènes de flashback qui apportent une réelle profondeur au personnage d'Harold, son évolution depuis le premier film est très bien mise en scène et on s'attache réellement à lui. Les personnages ont gagné en maturité, ils sont plus adultes mais restent égaux à eux même, ils ont juste grandi. Astrid est toujours aussi cool, c'est un personnage que j'aime beaucoup et j'aime le fait que sa relation avec Harold ait évolué.

Je suis triste de dire au revoir à tous ces personnages que j'adore mais cela reste une aventure inoubliable, pleine de magie et de beauté. Le film se finit sur un message d'amour et de paix qui met du baume au cœur, je suis très heureuse qu'il finisse sur cette touche là car sinon j'aurai pleuré toutes les larmes de mon corps !



Un film d'animation merveilleux que je prendrais beaucoup de plaisir à retourner voir. Une formidable animation comme dans les deux premiers, une réelle mise en valeur d'un univers très riche et de personnages inoubliables.  
Un vrai petit coup de cœur !

lundi 28 janvier 2019

Cinéma - Bienvenue à Marwen de Robert Zemeckis

Un petit article ciné pour changer ;) ?

C'est le premier film que j'ai vu en 2019 et je l'attendais avec impatience ! Steve Carell, des poupées, de l'animation, un univers visuellement très créatif... le film avait tout pour me séduire et il l'a fait !

Synopsis 
Après s'être fait tabasser dans un bar, Mark Hogancamp est resté plusieurs jours dans le coma. À son réveil, il est frappé d'amnésie. Il va alors se créer un monde imaginaire, Marwen, un village belge fictif durant la Seconde Guerre mondiale. La création de ce village en miniature devient une obsession. Comme une auto-thérapie, Mark invente des lieux imaginaires qu'il peuple avec des poupées représentant principalement des femmes de son entourage et de son passé. Dans ce monde imaginaire, son alter ego Captain Hogie côtoie ainsi la sorcière belge Deja Thoris, GI Julie ou encore Caralala. Tout cela lui redonne la force physique et mentale nécessaire pour le retour à la réalité : Mark doit se rendre au procès de ses agresseurs.

Un amnésique qui se réfugie dans un univers imaginaire où ses poupées prennent vie ? J'ai trouvé l'idée très originale ! Mais quand j'ai vu la bande annonce la première fois, je ne savais pas que le film était basé sur une histoire vraie. En effet, Robert Zemeckis s'est inspiré d'un documentaire qu'il a vu à la télé, Marwencol réalisé par Jeff Malmberg. Je ne l'ai pas encore vu mais je suis curieuse de le regarder pour voir la véritable histoire de Mark Hogancamp.

J'ai trouvé ce film très touchant, l'histoire de cet homme m'a bouleversé par moment et ce qu'il a vécu pour se retrouver dans cette situation est révoltant. Mark Hogancamp s'est fait sauvagement agresser par cinq hommes devant un bar parce qu'il leur a raconté qu'il aimait porter des chaussures de femmes. Cette agression lui a presque couté la vie. Cinq hommes qui se mettent à tabasser un homme seul pour une raison comme celle là, c'est clairement la haine qui les a motivé. Une haine envers quelqu'un qui parait différent.
Mark n'a pas honte de ce qu'il fait ou de ce qu'il est, c'est quelque chose qui fait partie intégrante de sa personnalité et de la façon dont il est représenté dans ce film. Après son agression, il s'exprime librement et ne le cache pas puisqu'il va jusqu'à le raconter à une femme qu'il vient à peine de rencontrer. Il aime porter des chaussures de femmes, point barre, il met en scène des poupées, point barre. Le film ne pose pas d'affirmation ou de question sur son orientation ou son identité et c'est très bien comme ça. Ce n'est pas le sujet principal du film mais le message véhiculé par l'histoire de Mark Hogancamp est important.
Je ne comprendrais jamais comment certaines personnes arrivent à de telle atrocité et c'est cette injustice qui m'a bouleversé.

Heureusement, Mark est bien entouré et grâce à ses poupées mais surtout à son imagination, il arrive à s'en sortir et à garder la tête hors de l'eau. C'est un homme très courageux et pour moi Steve Carell l'incarne très bien. Il est touchant, créatif, un peu gauche et terriblement honnête. Ce n'est pas un héros, juste un homme ordinaire à qui il est arrivé un drame et qui essaie de se reconstruire et de se soigner comme il peut.


Les poupées sont superbement bien faites et l'animation est vraiment bonne. Je félicite l'équipe technique qui a fait un travail incroyable pour rendre le village de Marwen aussi beau et vivant. Les scène d'animation sont percutantes et reflètent très bien ce qu'il se passe dans la tête de Mark. Son alter-ego, Hogie, est assez différent. Plein d'assurance et de confiance en lui, il arrive à défier les nazis grâce aux femmes de Marwen. Car ce sont ces femmes la véritable force de Hogie mais aussi de Mark. C'est grâce à elles qu'il arrive à se reconstruire. Et c'est une magnifique image qu'il donne de ces femmes au monde entier grâce à ses photos.

Le rythme est parfois un peu "bancal" notamment lors des transitions entre le monde réel et celui des poupées mais ça ne m'a pas trop dérangé. Le casting est vraiment bon et l'animation est ce que j'ai préféré dans ce film. Grâce aux effets numériques, les mouvements de caméra colle parfaitement au personnage principal et nous donne une impression d'omniscience. On peut donc facilement s'identifier à Mark et on se retrouve au cœur de l'action et de Marwen.

Bienvenue à Marwen est un film qui je vous recommande chaudement. C'est une histoire étonnante qui bien que touchante n'est pas vraiment triste.

dimanche 27 janvier 2019

#PLIB2019 - Rozenn, tome 1 de Laëtitia Danae

 #ISBN9791094786352
#PLIB2019

Résumé 
Rozenn Kaplang est une djinn. Durant de longues années, son peuple a souffert de la domination des dagnirs, mais si l’esclavage est officiellement aboli, la liberté, elle, garde un goût amer.
Et si une union entre princes et princesses de ces différentes tribus permettait de tirer un trait sur un douloureux passé ?


Aloha tout le monde ! 

Et oui encore un article pour le PLIB où je vous parle d'un des 21 romans sélectionnés pour le prix : Rozenn de Laëtitia Danae !
Ce livre a été une grande surprise pour moi, je ne l'avais pas mis dans ma sélection parce qu'il ne m'attirait pas du tout et quand j'ai vu qu'il avait été sélectionné je ne comptais pas le lire en priorité. Pourtant, quand une lecture commune a été lancé, je me suis dis : "Pourquoi pas ?". Et quelle merveilleuse idée ! J'ai eu un véritable coup de cœur pour cet univers et la plume de Laëtitia Danae ! Il n'y a qu'une chose dont j'ai envie maintenant, avoir le tome 2 pour le lire ! Malheureusement il ne sort qu'en juillet. L'attente va être longue...

Dans cette histoire, on nous présente deux peuples : d'un côté les Djinns et de l'autre les Dagnirs. 
Les djinns possèdent des pouvoirs, ils ont un fluide très précieux et les dagnirs en sont démunis. C'est pourquoi par le passé, les dagnirs ont mis les djinns en esclavages pour leur prendre leur fluide et user de leurs pouvoirs. Mais aujourd'hui les djinns sont libres... en théorie. L'abolition de l'esclavage n'a pas mis un terme aux tensions.
Certain djinns ont la chance de vivre dans des bulles, sorte de cocons protecteurs qui les autorisent à vivre libre, à l'abri des dagnirs, des Sans Visage qui pourchassent les djinns pour leur fluide et des autres créatures qui pourraient les attaquer.
Rozenn est une princesse djinn qui vit dans la bulle de Mydriav avec sa grande sœur Odeleen et sa petite sœur Daire. Sa famille fait partie des Intouchables, leur fluide ne peut pas leur être pris contrairement à d'autres djinns. Ils possèdent tous un tatouage au poignet, une entrave qui les empêchent par la même occasion de se servir de leur pouvoir.

Le Grand Vizir, le père de Rozenn va imposer à ses filles un départ pour Prétamia, ville dagnir, où règne le sultan Maddy. Le but ? Une union entre djinns et dagnirs pour apaiser les tensions entre les peuples. D'abord très réticentes à ces unions, les jeunes filles vont essayer de s'enfuir de Mydriav, elles finissent par se plier à la décision de leur père et c'est parti pour Prétamia, ville inconnue et énigmatique, où elles vont rencontrer les frères Cayden, Cameron et Callum !
N'étant jamais sorties de leur bulle, les jeunes filles vont se retrouver confrontées à la triste vérité sur leur condition de djinn, découvrir la vie à la Cour et le monde réel ! Mais que désire réellement le sultan ?


Quand j'ai commencé le livre, j'ai eu peur qu'on soit pris dans de la romance nian nian du début à la fin, et comme moi je n'aime pas trop la romance j'étais réticente à le lire. Mais je suis tellement contente d'avoir laisser sa chance à ce livre ! J'ai tout de suite été emportée par l'univers et par l'action qui démarre immédiatement. Pas de romance sucrée, mièvre ou fade, non, mais plutôt des complots à la Cour, des découvertes macabres, une héroïne intelligente et forte, des disputes et des changements de situations inattendus. Bon je vais pas vous le cacher, le but étant la rencontre entre trois jeunes filles et trois jeunes hommes, les histoires de cœur ont leur place dans le récit. Mais c'est très bien maitrisé par l'autrice, c'est un élément important de l'histoire tout en restant accessoire, il déclenche l'action et sert réellement le récit.

J'ai beaucoup aimé les personnages :
     en commençant par Rozenn bien sûr ! Elle est vraiment bien écrite, une jeune fille rebelle mais pas que. Elle réfléchit beaucoup et ne se laisse pas porter par ses sentiments même si c'est parfois compliqué. Bien que réfléchie et stratège elle reste quand même impulsive et à certain moment provocatrice. Elle est loin d'être parfaite et j'aime bien ça chez elle. Laëtitia Danae ne nous donne pas un personnage parfait, intrépide, à qui tout réussit mais un personnage perfectible, qui se trompe et qui essaie du mieux qu'il peut.
     Odeleen, la sœur ainée, est la plus sage des trois. Prête à accomplir son devoir, elle écoute et fait ce qu'on lui dit. On pourrait penser qu'elle est assez fade mais derrière ce côté tranquille, Odeleen reste un soutien important pour Rozenn et elle n'est pas aveugle à la situation bien qu'assez passive. C'est vers elle que Rozenn se tourne quand elle en a besoin.
     Daire est la plus jeune et aussi la plus naïve des trois sœurs. Elle ne comprend pas ce qu'il se passe et n'a qu'un désir, épouser l'un des beaux princes. Bien qu'énervante par moment, j'ai trouvé son évolution intéressante. Ses envies reflètes son âge et elle se fait très facilement manipuler. Au fil de l'histoire, elle devient, on peut le dire, détestable. Elle se fait de plus en plus manipulée et va jusqu'à se retourner contre sa sœur par jalousie. Ses préoccupations ne sont pas les même que Rozenn et bien qu'à la base ce soit une alliée elle finit par devenir un obstacle.

De l'autre côté, les trois beaux princes de Prétamia : Callum, Cameron et Cayden ont chacun une personnalité différente et jusqu'à la fin du livre on se demande quelles sont leurs véritables intentions. Callum est le plus rebelle et le plus bouillant des trois, c'est d'ailleurs comme ça qu'il se distingue des deux autres que j'ai par moment confondus... (j'ai un soucis quand il y a trop de personnages haha ) Même s'ils peuvent paraitre fades au début du livre, la fin va carrément vous surprendre !


L'univers est très dense mais reste abordable et très compréhensible. L'autrice nous donne énormément d'informations sur la mythologie du roman, elle a crée une véritable Histoire des peuples Djinns et Dagnirs qu'on découvre un peu plus à chaque chapitre dans le récit mais aussi à chaque début de chapitre grâce à des citations, des extraits de journaux, de livres anciens... C'est vraiment passionnant ! Avant de lire ce livre, je ne connaissais pas du tout la mythologie orientale, je n'ai jamais lu d'ouvrage dessus (pas taper pas taper ! ) et Laëtitia Danae m'a donné envie d'en apprendre davantage et de lire plus de romans sur le sujet.
Les descriptions fonctionnent très bien, je me suis parfaitement bien imaginée les dédales et les jardins du palais ou encore le marché où Rozenn fait d'affreuses découvertes...

L'atmosphère du roman est tendue, on se rend bien compte que Rozenn et ses sœurs se trouvent dans une situation de danger et que les deux peuples sont loin d'avoir enterrés la hache de guerre.
Impossible de s'ennuyer en lisant ce livre, les secrets nous tiennent en haleine tout le long et l'action nous emporte. L'écriture est super fluide et sous la plume de l'autrice on s'envole dans un univers rempli de couleurs.
J'ai été bien surprise par la fin, je ne m'attendais pas à cette tournure et ça me donne encore plus envie de découvrir le tome 2 !

C'est un véritable coup de cœur pour ce roman original et merveilleusement bien écrit ! 



mercredi 12 décembre 2018

Les Soeurs Carmines, tome 2 : Belle de Gris d'Ariel Holzl

"J'ai l'habitude de pratiquer la pensée positive, voyez-vous : 
Si quelqu'un me dit "non", je lui tords les lèvres jusqu'à entendre un "oui";
Si le verre est moitié vide, je le remplis jusqu'à ras bord avec du sang;
Si la vie me donne des citrons, je les presse dans les yeux de la première personne que je croise, jusqu'à ce qu'elle me rapporte des kiwis à la place.
J'aime bien les kiwis : ils sont verdâtres, et hirsutes, et chétifs, et ils s'écrasent très facilement entre vos doigts. C'est un fruit qui connait sa place, le kiwi. Vous, en revanche... Je suis convaincue que votre présence cause du tort à mes pensées positives !" -  Tristabelle


Résumé :
"Trois semaines séparent Tristabelle Carmine du Grand Bal de la Reine. Trois semaines pour trouver la robe de ses rêves, un masque, une nouvelle paire d’escarpins… et aussi un moyen d’entrer au Palais. Car Tristabelle n’a pas été invitée. Mais ça, c’est un détail. Tout comme les voix dans sa tête ou cette minuscule série de meurtres qui semble lui coller aux talons...
"Il faut souffrir pour être belle. Ou faire souffrir les autres, c’est encore mieux."


Après avoir lu le premier tome, je n'avais qu'une seule envie, lire le tome 2 ! J'aime tellement l'univers d'Ariel Holzl, il possède un don pour nous faire entrer dans une atmosphère morbide et glauque tout en nous faisant rire. J'ai relevé tellement de citations dans ce tome, encore un véritable moment de plaisir !

A travers son histoire, Ariel Holzl nous fait une sorte de critique de notre société actuelle sans que l'on ne s'en rende vraiment compte. C'est une saga jeunesse c'est vrai, mais il y a un véritable travail d'écriture et un double niveau de lecture. L'auteur reprend souvent des expressions qu'il adapte à son univers et c'est souvent engagées. En effet, on parle de politique mais aussi de religion... J'ai beaucoup aimé le passage sur "la pilule" par exemple. Je n'ai pas envie de vous spoiler alors je n'en dirai pas plus mais si vous l'avez lu je pense que vous voyez de quoi je veux parler.
Son histoire est une véritable bouffée d'air frais !

Le choix de narration est spécial, j'ai eu un petit peu de mal au tout début mais c'est vite passé, je me suis habituée. On est au plus près des pensées de Tristabelle puisqu'on est directement dans sa tête. Elle nous parle, elle n'utilise aucun filtre avec nous, on est des intrus privilégiés. On ne sait pas trop si elle nous aime bien puisqu'elle passe son temps à se plaindre de nous mais j'ai trouvé ça très drôle. Avoir Tristabelle comme narratrice directe, nous permet d'être au plus prêt de l'action et cela contribue grandement à l'humour je pense et cela nous permet d'avoir de l'empathie, qu'on développe petit à petit, pour elle.

Dangereuse, narcissique, Tristabelle est piquante ! Elle est tellement détestable, une vraie sociopathe qui est prête à tout écraser sur son chemin (pauvres kiwis ) et elle n'a aucun scrupules. On la détesterait bien mais l'auteur l'a rendu attachante grâce à un humour noir décapant ! (oui je sais plus personne ne dit humour décapant ).

Quand on lit le résumé l'histoire peu paraitre très superficielle puisque Tristabelle veut assister au bal de la reine et on la suit dans sa recherche de la robe idéale, des chaussures... C'est comme ça qu'elle apparait dans le premier tome d'ailleurs. Mais dans ce tome 2 on se rend bien compte que Tristabelle n'est pas juste une belle femme bien habillée, c'est aussi une femme stratège, machiavélique qui arrive toujours à ses fins sans se soucier de ce qui peut arriver aux autres. Elle est prête à tout pour y arriver, et même si elle mériterait de se faire avoir et de ne pas réussir, on s'attache tellement à ce personnage qu'on ne veut pas qu'il lui arrive du mal. Malheureusement, l'histoire ne fini pas aussi bien que l'on aurait espéré...



Ce second tome est de mon point de vue, une réussite ! Ariel Holzl nous dépeint une "anti-héroine" très hors norme certes, mais malgré son égoïsme et son cœur de pierre, elle fini par devenir touchante. A la fin, j'ai eu beaucoup de peine pour elle. 

Je regrette un peu de ne pas avoir davantage vu Dolorine et Monsieur Nyx dans ce tome mais Tristabelle est un tel phénomène, qu'il n'y aurait pas eu plus de place pour ces deux là. Et puis, je sais que le tome 3 portera sur Dolorine alors je ne me fais pas de soucis. Maintenant, j'espère juste qu'il y aura encore un peu de Tristabelle dans ce dernier tome. 



jeudi 15 novembre 2018

Les Soeurs Carmines, tome 1 : Le complot des corbeaux d'Ariel Holzl




"Monsieur Nyx a dit que voyager en fiacre est un luxe de "Des-qu'à-dents". Ce sont des monstres qui n'ont que des dents, je suppose. Peut-être des sortes de goules ? Ou des ogres de placards ?" - Dolorine

Loufoques, déjantées, étonnantes, cocasses, les trois sœurs Carmines ne sont définitivement pas ordinaires. Merry est une monte en l'air, courir sur les toits c'est sa spécialité, le cambriolage par contre... Tristabelle est une pimbêche aussi insupportable et horripilante, qu'intelligente et drôle. On ne peut qu'adorer la détester. Dolorine, la plus jeune, est toute mignonne. Assez spéciale, elle est toujours accompagnée de Monsieur Nyx sa peluche qui lui donne des conseils bien avisés.

Maintenant, mettez ces trois personnages dans une cité gothique bien glauque, la ville de Grisaille, où Halloween semble être célébré toute l'année... où des familles d'aristocrates aux dons hors du commun se disputent le trône et trucident à tout va... où les morts ne sont pas vraiment mort et les vivant pas tout à fait vivant... et vous obtiendrez une histoire originale, décalée et savoureuse !


Illustration de Melchior Ascaride

Je ne peux que vous recommander ce livre ! Je regrette de ne pas l'avoir lu avant tellement je l'ai adoré. J'ai pris un plaisir fou à continuer cette aventure dans le tome 2 et je n'attends plus que de lire le tome 3 ! 
La plume d'Ariel Holzl est pleine d'humour et de poésie, c'est piquant ! J'ai relevé plein de citations et ce n'est pas quelque chose que je fais souvent.
Il arrive aussi à instaurer une ambiance et à nous faire rentrer sans cet univers avec une facilité incroyable.


❤ Un régal littéraire ❤



vendredi 2 novembre 2018

Princesse Sara, tome 11 : Je te retrouverai


 "Aujourd'hui je suis cette princesse, mais je n'ai plus assez de rêves pour réchauffer mon cœur. L'espoir est-il l'apanage de la jeunesse ?"

Il y a peu, je me suis replongée dans l'univers de Princesse Sara, j'ai relu tous les tomes et c'était tellement bien ! J'ai déjà envie de les relire, j'aime vraiment ces bandes dessinées !
 

Et j'ai fini par lire le tome 11 que je n'avais pas encore lu et que dire sinon que je déteste Larcan, cet homme est horrible ! Et cette fin ! Comment vais-je faire pour attendre la suite ?! Que va-t-il arriver à James et Sara ?
 


Audrey Alwett et Nora Moretti se surpassent, leur travail est toujours aussi incroyable ! L'histoire a bien évolué et je trouve ce tome très sombre. 
Au début de l'histoire, dans les premiers tomes, la situation de Sara est très dure mais elle a de l'espoir et arrive à s'en sortir. Au fil du temps, elle affronte plein d'obstacles mais elle est toujours entourée et rien ne parait insurmontable. Dans ce tome ci, elle est seule et on sent bien qu'elle perd espoir et même si à la fin on se dit : "Oui c'est bon ça va aller c'est fini !", la toute fin nous montre le contraire c'est horrible ! Mais bon, moi je garde toujours bon espoir pour Sara, et pour James aussi, j'espère qu'ils sortiront de ce très mauvais pas.

Quant aux dessins, ils sont toujours aussi parfaits, quel splendeur !

Je n'ai rien à ajouter à part que depuis le premier tome je suis fan du trait de crayon de Nora Moretti, elle a un talent incroyable.

Mariette
Encore et toujours, je ne peux que vous conseiller les bandes dessinées de Princesse Sara. Les quatre premiers tomes reprennent l'histoire de Sara que l'on connait dans le dessin animé et le livre d'une façon tout à fait nouvelle en y ajoutant une touche de steampunk qui se marie absolument bien avec l'histoire de base. Les tomes qui suivent, par contre, racontent une histoire inédite, pleine d'aventures et de péripéties tout à fait passionnante ! Le personnage de Sara est génial ! C'est une jeune fille forte, intelligente, courageuse qui a les pieds sur terre et qui est pleine d'espoir pour l'avenir. Même quand les choses semblent désespérées elle garde la tête haute et tire le meilleur de la situation. Elle est accompagnée de personnages tout aussi géniaux : Becky, Ramdas, James et même Lavinia dans les tomes suivant ;).


C'est un immense coup de cœur depuis le début


mardi 19 avril 2016

L'incroyable Qwendalavir


"Ce que j'aime par-dessus tout en Gwendalavir, outre la salade de champignons, c'est l'inutilité du mot "Impossible !" Merwyn Ril'Avalon

Il a peu, je me suis laissée embarquer dans l'univers de La Quête d'Ewilan écrit par Pierre Bottero ! Et aujourd'hui, j'ai décidé de vous parler de ces livres.

L'HISTOIRE

Camille Duciel est une jeune collégienne surdouée qui passe son temps à lire dans l'immense bibliothèque de ses parents adoptifs. Elle a un ami qui ne la quitte jamais, Salim. Un jour, elle bascule dans un autre monde sans savoir pourquoi ni comment. Croyant devenir folle, elle en fait part à Salim et ensemble, ils décident d'y retourner. Sa vie prend un tout autre tournant. Elle apprend qu'elle s'appelle en réalité Ewilan et que ses parents Elicia et Altan Gil' Sayan l'ont envoyée (ainsi que son frère) dans notre monde, bloquant ses souvenirs. Elle ne va pas tarder à découvrir que ce monde cache de nombreux mystères, aussi incroyables que dangereux.
L'Empire repose en grande partie sur l'Art du Dessin, qui offre à ceux qui le maitrise un grand pouvoir, utilisant l'Imagination. Les Ts’liches, d'horribles monstres ressemblant à de grandes mantes religieuses, ont figé les plus puissants Dessinateurs du pays : les Sentinelles, afin d'affaiblir l'Empire, bloquant également l'Imagination. Ils ont sous leurs ordres les affreux Raïs, des montres humanoïde sanguinaires qui ont déclaré la guerre aux Alaviriens et qui feront tout pour gagner.
Aidée de son ami Salim, et de ses nouveaux compagnons rencontré à Gwendalavir, Ewilan va devoir apprendre à se servir de son pouvoir de dessinatrice, afin d'effectuer une grande Quête pour sauver l'Empire de la menace Ts'liche. Mais va-t-elle réussir ?

MON AVIS

Cette trilogie nous plonge à l'intérieur du merveilleux royaume de Gwendalavir, qui d'après les descriptions ressemblent à un endroit ou j'aimerai bien passer des vacances (bon j'avoue les montres en moins ça serait cool !). Dès les premières pages du premier tome, on se retrouve au cœur de l'action, tout s'enchaîne assez vite, on a pas le temps de s'ennuyer. Pas de longueur interminable que du bonheur, une aventure qui rend accro !
J'ai littéralement dévoré cette trilogie que j'ai lu en très peu de temps. Et même après avoir fini le dernier tome, je me suis directement lancée dans la suite : Les mondes d'Ewilan, ne voulant pas quitter cet univers. (j'ai essayé un autre bouquin mais pas moyen !)
J'ai découvert le travail de Pierre Bottero il y a peu de temps et le seul regret que j'ai c'est de ne pas m'y être mis plus tôt ! Son univers est fantastique, son écriture est fabuleuse, ses personnages sont magiques et sa capacité à nous plonger dans un autre monde, étonnante ! Je suis complétement sous le charme
 
Pour La Quête d'Ewilan, Bottero a su créer un monde immense remplis de petit détails incroyables qui nous immerge littéralement à l'intérieur. On sent qu'il en connait tous les secrets et qu'il a pensé à tout. L'idée de l'art du dessin est vraiment géniale, quand j'ai lu ça au début, je me suis dis : “Je sens que je vais adorer” et ce fut le cas ! Les personnages sont super attachants, très bien travaillés, on aimerait bien faire partie de l'équipe ! De plus, je trouve qu'on arrive à les imaginer facilement, ils évoluent au fil des pages, ne restant pas statiques, on en découvre toujours plus !
Pour une fois, je n'ai rien de négatif à dire, c'est bien écrit, bien pensé, bien construit et j'espère passer d'aussi bons moments avec la suite ! La Quête d'Ewilan, est une œuvre destinée d'abord aux plus jeunes mais je pense qu'elle reste accessible aux jeunes adultes et aux adultes (même si je sais que certains n'aiment pas les livres jeunesse).
C'est une trilogie haute en émotion, je suis passée du rire aux larmes (oui littéralement, certains passages m'ont beaucoup émue) et on ressent bien les émotions qui se dégagent des personnages.
Par ailleurs, je suis contente que Pierre Bottero n'est pas fait disparaitre certains personnages car ça m'aurait, personnellement brisé le cœur.


MES PERSONNAGES COUP DE COEUR

Ellana : c'est une jeune marchombre rebelle et indépendante ! Elle est magnifique et dégage un charme incroyable. Elle possède des pouvoirs que personne ne comprend (enfin à part les autres Machombres je suppose), je la trouve géniale ! J'ai hâte de lire la suite de la trilogie qui lui est consacrée. 

Salim : c'est l'ami d'Ewilan (un peu plus même !), il est toujours souriant et de bonne humeur, il apporte de la joie au groupe et de la légèreté à l'histoire. J'aime beaucoup ses interventions et je trouve que Ewilan est parfois un peu dure avec lui. J'admire beaucoup sa fidélité et sa dévotion envers elle, il est très touchant, je l'aime beaucoup (d'ailleurs dans le premier tome Les Mondes d'Ewilan j'ai appris à l'aimer encore plus !). 

Edwin : il est charismatique et beau gosse, il est considéré comme le guerrier absolu, c'est un personnage très secret et fermé qui m'a beaucoup énervé par moment mais que j'adore ! Il est bad-ass, il fait de la compote de Ts'lich comme personne et il sait ce qu'il fait. Je l'imagine avec un air dur, ne souriant jamais mais il a un côté gentil, il est fidèle, dévoué et n'a peur de rien, c'est un homme incroyable

Siam : je suis aussi tombée sous le charme de sa sœur ! Elle est redoutable et on peut dire qu'elle est née avec une lame dans la main. J'adorerais avoir une copine comme elle ! Je ne veux pas trop en dire sur son personnage, car elle n'apparait que dans le dernier tome et on l'a découvre encore plus dans la suite.

Bjorn : il me fait beaucoup rire ! J'adore sa façon de se chamailler avec Salim, il est sympathique et jovial, c'est un protecteur, sans lui l'aventure n'aurait pas été la même je pense.



Les livres ont été adapté en bandes-dessinées que j'aimerai beaucoup lire même si j'attendrai un peu vu que j'ai lu les livres il y a peu. Je trouve les dessins superbes ! (les images de l'article par exemple) Je vous laisse avec le lien du blog du scénariste pour plus d'informations et de beaux dessins.



mercredi 2 mars 2016

Un géant pas comme les autres



J'aime de tout mon cœur Charlie et la chocolaterie ! Mais ce n'est pas la seule œuvre de Roald Dahl que j'aime. En effet, je suis une grande fan de cet auteur que je trouve vraiment fabuleux. Je n'ai pas lu tous ces livres mais à chaque lecture c'est un vrai délice.


Auteur : Roald Dahl
Ecrit en : 1982
Illustration : Quentin Blake
Edition : Gallimard Jeunesse (Folio junior) 
Première parution en France : 1984
Pages : 231


Sophie ne rêve pas, cette nuit-là, quand elle aperçoit de la fenêtre de l'orphelinat une silhouette immense vêtue dune longue cape noire et munie d'une curieuse trompette. Une main énorme s'approche et la saisit. Et Sophie est emmenée au pays des géants. Terrifiée, elle se demande de quelle façon elle va être dévorée. Mais la petite fille est tombée entre les mains d'un géant peu ordinaire : c'est le B.G.G., le Bon Gros Géant, qui se nourrit de légumes, et souffle des rêves dans les chambres des enfants...



MON AVIS

Donc aujourd'hui je vous parle d'un coup de cœur de jeunesse : Le Bon Gros Géant. Je dis coup de cœur de jeunesse car je me rappelle de ma première lecture comme ci c'était hier : c'était les vacances et j'étais à Bergerac pour voir ma famille On était hébergé chez mon oncle, et dans cette maison immense, il y avait un vieux fauteuil à bascule. Tous les soirs après manger, j'allais m'installer confortablement sur ce fauteuil avec mon livre, Le Bon Gros Géant. Il faisait froid, c'était l'hiver et je ne sais pas exactement pourquoi, mais je garde en mémoire ces moments de lecture comme de magnifiques souvenirs !

Il y a quelques temps j'ai décidé de relire le livre car il sera adapté au cinéma cette année. De coup de cœur de jeunesse, il passe à coup de cœur de toujours ! J'avais peur en le relisant que la magie ne fonctionne plus mais elle est toujours dans le livre ! Et c'est ça que j'aime avec Roald Dahl ; peu importe l'âge, peu importe l'époque, ses histoires transportent et font rêver. Je trouve que c'est un auteur intemporel.



Une histoire d'amitié va naître entre Sophie et ce géant, le BGG. Ce dernier est bien différent de ses semblables ; il ne mange pas d'humains et il attrape des rêves pour les souffler aux enfants pendant la nuit. Le BGG va montrer à Sophie son quotidien et choqué par le comportement des autres géants, ils vont tout deux élaborer un plan pour sauver les « hommes de terre ». C'est toute une aventure, assez incroyable. Les autres géants me font bien rire aussi et ils ont des noms très "significatif" : le Buveur de sang, l’Avaleur de chair fraîche....

Ce livre ne manque pas de magie (comme je l'ai dit plus haut), ni de rebondissements. L'écriture de Roald Dahl et simple et agréable comme dans toutes ces histoires.

Je me suis beaucoup attachée au BGG (oui moi aussi je veux un géant comme ami!) et son langage très...loufoque, me plaît toujours autant. 
"La signification n'a pas d'importance, assura le BGG, on ne peut pas toujours parler clairement. Très souvent, mes phrases ne sont pas du tout adroites, elle sont même très à gauche."

Il a une façon de voir le monde et de raisonner qui me plaît et je garde en mémoire plusieurs citations. (les derniers phrases du livre je les adore !)

Sophie quant à elle est une petite fille sympathique même si je dois bien avouer, un peu fade. (tout le monde ne peut pas être Matilda !)

La fin de l'histoire est assez rocambolesque et improbable (tout comme l'histoire en fait) mais j'aime bien les histoires comme ça, c'est bien le style de Roald Dahl.


Avec le BGG, on retrouve un peu d'enfance, on a un petit goût d'Angleterre, et ça moi tout de suite ça me plaît !
C'est un de mes livres chouchou de Roald Dahl, évidemment et j'apprécie toujours autant les illustrations de Quentin Blake.


 
L'ADAPTATION

Roald Dahl + Spielberg + Disney = Une réussite ?


Une version animée du roman était déjà sortie en 1989, mais cette fois c'est bien un film en prise de vue réelle qui sortira au cinéma cet été, réalisé par le très célèbre Steven Spielberg.

Bon, je ne suis pas une grande grande fan de Monsieur Spielberg même si j'aime bien ces films. Mais quand j'ai vu Les Aventures de Tintin : Le Secret de la Licorne, en 2011, je me dis que l'adaptation du BGG est en de très bonnes mains. (pour ce qui attrait à l'animation en tout cas)


DreamWorks a acquit les droits du livre en septembre 2011 et en avril 2015, Walt Disney Pictures rejoint également la production (alors qu'ils ne devaient que distribuer le film à la base), c'est donc la première collaboration entre Disney et Steven Spielberg ! Pour ce qui est du scénario, c'est Melissa Mathison qui se charge d'adapter l'histoire (elle a aussi écrit le scénario de E.T., l’extra-terrestre, donc ce n'est pas rien!) L'actrice Ruby Barnhill (c'est son premier film) incarnera Sophie et l'acteur Mark Rylance (Anonymous ; Le pont des espions...) va incarner le Bon Gros Géant


Pour ma part, j'ai vraiment hâte de voir le film et j'espère ne pas être déçue. Mais je pense que le BGG est entre des "mains expertes" donc je ne me fais pas trop de soucis et quoi qu'il arrive j'irai le voir cet été. 

J'ai vu la bande annonce récemment, j'ai vraiment vraiment envie de voir à quoi ressemble le Bon Gros Géant, car on ne le voit que très brièvement dans le trailer et bien sur j'attends aussi de voir à quoi ressemble le pays des géants et tout le reste !


Le film sortira le 20 juillet 2016


  MISE A JOUR

Depuis l'écriture de cet article, j'ai bien évidemment été voir le film ! Et je dois dire que je suis assez déçue... Le film est très très long, le rythme c'est pas ça du tout ! Je n'ai pas aimé l'actrice qui joue Sophie et le doublage. Je suis une partisante de la VO mais je n'ai rien contre regarder des films en VF mais là... ça n'allait pas. Il y avait des enfants avec moi dans la salle, et je le voyais bien, il s'ennuyait ferme. C'est dommage. 
J'ai quand même été émue de voir le film, certaines scènes m'ont mis les larmes aux yeux parce que voir des personnages qu'on aime tant, qu'on connait depuis longtemps et qu'on imagine dans sa tête, prendre vie sur un écran c'est magique ! 
Les images de synthèses sont magnifiques, les décors sont vraiment beaux mais à part ça je n'ai pas été séduite par le film.